Archives de catégorie : Contrat de travail

Pourquoi devenir facteur ou factrice ?

Le facteur ou la factrice est un employé du service postal dont le rôle est de livrer des courriers et des paquets aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises. Quels sont les avantages à opter pour ce métier ? Découvrez

Une profession très accessible

Pour devenir facteur, vous n’avez pas forcément besoin d’un diplôme de haut niveau mais d’une formation comme celle de Formaposte Nord-Est. Il vous suffit d’être majeur, d’avoir votre BAC et votre permis B en cours de validité. Certaines structures peuvent exiger que vous ayez une voiture ou un scooteur et d’autres peuvent vous assigner un véhicule de fonction.

En dehors du BAC, un CAP OS -RCL (Opérateur/Opératrice de service – Relation client et livraison) obtenu dans une structure de formation comme Formaposte Nord-Est est largement suffisant.

Aussi, certaines sociétés peuvent décider de prendre en charge la formation des facteurs et factrices. Même si au départ le facteur n’a aucune expérience dans le domaine, il peut l’acquérir très vite dès lors qu’il travaille régulièrement avec un personnel expérimenté.

Des perspectives d’évolution dans la carrière et la création de liens sociaux

Les facteurs et factrices qui souhaitent évoluer dans ce domaine ont la possibilité de devenir encadreur et responsable d’équipe. Du poste de facteur, ils peuvent accéder à celui de guichetier ou devenir opérateur dans le centre de tri de la poste. Ils peuvent également s’orienter vers les emplois dans la logistique comme la maintenance informatique, industrielle ou technique. Une carrière de développeur web peut également être envisagée.

Le métier de facteur aujourd’hui va bien au-delà de la simple distribution de courriers. En effet, ce professionnel est appelé à rendre d’autres services comme la visite aux personnes isolées, âgées ou fragilisées, la livraison de médicament, le recensement, etc. Il se crée alors un véritable lien social avec de nombreuses personnes (particuliers comme entreprises).

Pour finir, en plus des avantages suscités, sachez que les facteurs ont une grande autonomie pendant leurs déplacements. Aussi, certains de ces professionnels peuvent travailler à temps partiel.

Comment choisir une formation en alternance ?

Pour choisir une formation en alternance, il faut :

– déterminer le métier que vous voulez exercer (ou les métiers pour lesquels vous êtes faits),
– déterminer le diplôme que vous voulez obtenir, et les métiers qui vous correspondent le mieux.

Pour cela, plusieurs critères sont à prendre en compte :

– l’âge : vous avez peut-être déjà une idée sur le métier que vous souhaitez exercer, mais il faut tout de même vérifier que ce métier est bien adapté à votre âge.
– le niveau d’étude : si vous avez un diplôme supérieur ou égal au bac, il est peut-être plus judicieux de suivre une formation en alternance qui vous donnera un diplôme de niveau supérieur à celui que vous possédez.
– le type d’entreprise : certaines formations en alternance sont plus adaptées aux entreprises que d’autres.
– l’établissement de formation : certains établissements ont développé des formations en apprentissage dans tous les secteurs d’activité et sont très bien placés sur le marché des entreprises. Le site
https://formaposte.com/ du groupe La Poste recense de nombreux établissements de formation.

– l’entreprise : il faut se renseigner auprès de votre employeur ou de son représentant, pour savoir si l’entreprise est plutôt intéressée par une formation d’apprentis.
Si vous souhaitez suivre un cursus en apprentissage, sachez qu’il existe des formations en alternance dans toutes les grandes écoles de commerce ou dans certaines universités.
– déterminer le type de formation qui vous correspond
– trouver une entreprise qui vous accueille en alternance
– choisir la formation et le type de contrat d’alternance qui correspond à votre projet professionnel.

Il existe deux types de contrats d’apprentissage :

  – le contrat d’apprentissage classique (avec une période en entreprise)
– le contrat de professionnalisation (avec une période en entreprise et des cours dispensés par un établissement de formation)

Le contrat d’apprentissage est destiné aux jeunes entre 16 et 25 ans et le contrat de professionnalisation s’adresse a tout le monde, quelque soit l’âge.

Quelles solutions pour gérer au mieux l’onboarding d’un collaborateur ?

L’intégration d’un collaborateur est un long processus qui nécessite une attention particulière. Il est primordial de mettre en place un système d’intégration qui favorise l’engagement, l’épanouissement et le sentiment d’appartenance du collaborateur au sein de l’entreprise. Pour ce faire, il faut entre autres, humaniser l’intégration, essayer le parrainage et les solutions eRH d’onboarding.

Humaniser pour engager et fidéliser

L’onboarding est la bondation d’une bonne relation professionnelle entre l’entreprise et le collaborateur. Il faut accompagner les collaborateurs à avoir les attitudes, le savoir-faire et les compétences intrinsèques à son nouveau poste et à l’entreprise qu’il vient d’intégrer. L’humanisation de ce processus est donc la clé pour faire adhérer le collaborateur. Pour créer un lien social, une collaboration professionnelle collective et des occasions d’apprendre, les solutions eRH d’onboarding collaborateur sont vivement recommandées.

Solutions digitales d’onboarding

Les outils digitaux comme le réseau social interne permettent de faciliter l’interaction du nouveau collaborateur avec les anciens. Vous pouvez poster sa photo appuyée d’une brève biographie pour présentation. Comme solution digitale vous pouvez opter pour une plateforme d’onboarding en ligne comme onboarding collaborateur. Vous aurez la possibilité de faire une bonne première impression à vos nouveaux collaborateurs par des vidéos de bienvenue et de présentation des missions du poste ainsi que vos valeurs. Plus encore, le collaborateur à accès à la plateforme avant sa prise de fonction, il pourra interagir et avoir un aperçu de l’environnement de travail avant son premier jour. La digitalisation automatise et formalise le processus d’onboarding grâce à une expérience connectée et adhésive.

Parrainer pour accompagner l’intégration

La mise en place du parrainage facilite l’accueil et rassure le nouveau à ses débuts. Il pourra confier ses doutes et incompréhensions afin de bénéficier de conseils et de l’accompagnement nécessaire à son intégration. Néanmoins, le parrain doit vouloir lui-même jouer ce rôle pour que la relation fonctionne. La plateforme onboarding collaborateur propose des solutions digitales de mentoring.

Portage salarial : quels sont les types de contrats ?

De plus en plus répandu en France, avec près de 90 000 salariés portés, le portage salarial est un contrat tripartite. Il est conclu par une société de portage, une entreprise (le client) et un consultant (le porté). Au vu de l’intérêt grandissant que manifestent de plus en plus de personnes, il est important de connaître les différents types de contrats avant de sauter le pas.

Le portage salarial : définition légale

Selon la loi n° 2008-596 du Code du travail français, article L1251-64, le portage salarial est « un ensemble de relations contractuelles organisées entre une entreprise de portage, une personne portée et des personnes clientes, comportant pour la personne portée le régime du salariat et la rémunération de sa prestation chez le client par l’entreprise de portage ».

Le cadre légal qui s’est renforcé au fil des années et la signature d’une convention collective offrent un cadre de travail sécurisé aux salariés portés.

Un consultant en portage salarial est en réalité un travailleur indépendant lié à une société de portage comme ad’missions, mais exerçant son activité pour le compte d’un client. Cela dit, le statut de salarié porté se retrouve à mi-chemin entre le statut de salarié et celui d’indépendant. Cette collaboration tripartie est régie par un contrat, qui peut prendre plusieurs formes comme présentées ci-dessous.

Les différents types de contrats en portage salarial

Dans le cadre d’une collaboration en portage salarial, différents types de contrats peuvent intervenir.

La convention de portage

Désignée parfois par le terme convention d’adhésion, elle lie l’entreprise de portage au travailleur indépendant. Ce document confirme l’enregistrement du consultant comme travailleur salarié de la société de portage. Cette convention ne remplace aucunement le contrat de travail. Elle peut de ce fait être signée bien avant qu’il y ait une mission à remplir.

Parmi les éléments essentiels contenus dans ce contrat, il y a :

  • la durée de la convention
  • les modalités de versement de salaire, de frais professionnels
  • les modalités pour toucher une avance
  • les frais de gestion prélevés par la société en guise de rémunération, etc.

Par ailleurs, cette convention contient les renseignements sur la caisse de retraite à laquelle le salarié sera affilié d’une part. Elle fournit d’autre part les informations sur la convention collective applicable dans le cadre du portage salarial.

Le contrat de travail classique

Signé entre la société de portage et le consultant, il contient les mêmes clauses que n’importe quel autre contrat de salarié. Ici, la société de portage est l’employeur et le consultant l’employé. Ce contrat définit donc les droits et obligations de chacune des parties. Il contient :

  • la durée de la mission
  • la rémunération du porté
  • les modalités d’exécution de la mission, etc.

En signant ce contrat, l’entreprise de portage s’engage à assurer toutes les charges dévolues à un employeur par le droit du travail.

Le contrat de mission

Encore appelé contrat de prestation, il est signé entre le prestataire et l’entreprise cliente. C’est dans ce contrat que se trouvent les détails de la mission à exécuter. Par ailleurs, les clauses de ce contrat permettent de définir et sécuriser la relation entre les deux parties indiquées ci-dessus.

Entre autres informations, le contrat de mission doit indiquer :

  • les coordonnées de la société cliente
  • la description de la mission
  • la durée de la mission
  • le prix de la prestation
  • les conditions de prise en charge de frais de mission, etc.

Les informations sur la sécurité et la santé du consultant porté, l’assurance responsabilité civile professionnelle, les clauses de confidentialité et de propriété… doivent également apparaître clairement dans le contrat de prestation.

Une fois tous les termes du contrat négociés et acceptés par tous, celui-ci doit être rédigé et signé par les trois entités que sont le porté, la société de portage et la société cliente. À la suite de cette signature, la responsabilité officielle de la prestation est transférée à la société de portage. Le porté quant à lui reste le seul exécutant de la prestation.

Le CDD et le CDI

En portage salarial, il est possible de signer deux types de contrats : le contrat à durée déterminée (CDD) et le contrat à durée indéterminée (CDI).

Un contrat de portage salarial en CDD peut être renouvelé deux fois dans la limite de 18 mois. La durée peut s’étendre à 21 mois, si les parties tiennent compte d’un temps de prospection et développement de l’activité sur 3 mois. Un commun accord ou un accord tacite mettent fin à ce contrat.

En CDI, le contrat de portage salarial est d’une durée limite de 36 mois par mission. Au-delà de cette période, le contrat risque une requalification. Autrement, vous pouvez travailler pendant une durée indéterminée tant que vous menez des missions à temps partiel et de façon récurrente pour une ou plusieurs entreprises clientes. La rupture de contrat dans ce cas conduit à un licenciement ou une rupture conventionnelle.

Comment recruter le bon salarié ?

Afin de soutenir le développement de l’entreprise, le directeur devra généralement embaucher un ou plusieurs employés. Le premier recrutement d’un chef d’entreprise est toujours un moment délicat, surtout s’il s’agit d’une nouvelle expérience pour le directeur.

Nous examinons ici les différentes manières dont l’entrepreneur peut trouver le bon employé et tentons ensuite de répondre à la question suivante : Comment trouver l’employé que je dois embaucher ?

Recrutement avec l’aide des agences pour l’emploi

Les agences pour l’emploi sont sans doute le premier outil de recrutement pour les chefs d’entreprise. L’activité principale des agences pour l’emploi consiste à mettre en relation les demandeurs d’emploi avec les offres des entreprises pour le recrutement d’un salarié.

Les agences pour l’emploi sont donc un premier moyen important de recruter un travailleur, tant en termes de quantité que de diversité des compétences.
Recrutement par une entreprise spécialisée

Ensuite, il y a les entreprises qui se spécialisent dans le recrutement de salariés. Cette méthode est principalement utilisée par les entreprises qui recherchent des employés qualifiés (cadres, directeurs commerciaux, directeurs financiers, ingénieurs, etc.)

Si besoin de salariés dans la finance, vous pouvez utiliser un cabinet de recrutement finance.

L’entreprise envoie ensuite le profil requis à l’entreprise, qui est alors chargée de faire tous les efforts possibles, sans obligation de résultat, pour trouver des candidats potentiels.

De plus, de cette manière, l’entreprise ne peut pas perdre de « temps » à recruter des employés et laisser cette tâche à des prestataires de services spécialisés dans ce domaine.

Recrutement par distribution directe des offres d’emploi

Le chef d’entreprise peut également choisir d’engager personnellement un ou plusieurs employés et ainsi annoncer ses offres d’emploi.

De nombreuses entreprises publient donc leurs offres d’emploi soit gratuitement (souvent sur les sites web des grandes entreprises), soit contre rémunération (par exemple pour les suppléments de journaux). Le contenu des offres d’emploi publiées par l’entreprise est strictement réglementé et je conseille vivement aux personnes intéressées d’en savoir plus à leur sujet.
Autres moyens de recruter un employé
Ensuite, il existe de nombreuses autres façons de recruter un employé, et je ne pense pas pouvoir vous en donner une liste complète. Je vais donc parler des autres moyens dont je connais ou dont j’ai entendu parler.

Recruter des personnes autour de vous

Tout d’abord, il existe un moyen très simple de recruter un employé : c’est d’obtenir des informations des personnes qui vous entourent. Il est courant qu’un chef d’entreprise commence à recruter des personnes qu’il connaît, ce qui facilite la délégation de certaines tâches et l’instauration d’un climat de confiance. Cependant, je vous invite à vous méfier de cette méthode de recrutement, qui est parfois source de nombreux problèmes…

Utiliser les réseaux sociaux professionnels pour recruter

Je constate également que de plus en plus d’employeurs utilisent les réseaux sociaux pour recruter quelqu’un, ce qui donne beaucoup d’informations sur les candidats potentiels. En plus des informations générales (expérience, diplôme, intérêts…), il sera possible de mieux « cadrer » la personne par son activité sur les réseaux sociaux.
Recrutement d’anciens collègues

Ce moyen est quelque peu similaire au recrutement dans votre cercle de connaissances, il vous permet de recruter une personne que vous connaissez un peu moins personnellement, mais qui sait parfaitement de quoi elle est capable professionnellement.

Cette liste n’étant pas exhaustive, je suis bien sûr intéressé par vos solutions et/ou expériences pour recruter un employé.

Formation télétravail : pensez à former vos salariés

À cause du confinement, diverses entreprises ou d’autres activités se sont retrouvées en difficultés, plongeant tous les pays dans une crise économique importante. Pour sauver le monde professionnel, le travail à domicile est une solution idéale. A l’heure du déconfinement, comment le télétravail peut-il augmenter la productivité ? Comment motiver les équipes à distance ? Mettre en place cette nouvelle organisation n’est pas facile et il est indispensable de suivre une formation télétravail.

Comment choisir son formateur en télétravail ?

En 2005, avec la loi de l’accord interprofessionnel, il est devenu obligatoire de former les salariés et les managers au télétravail. De ce fait, le chef d’entreprise doit trouver un centre de formation télétravail avant de réaliser ce projet. Alors, comment trouver le meilleur organisme en France ?

Un certificat qualifié montre la valeur du centre de formation tout en indiquant la qualité des normes spécifiques. Vous pouvez leur demander quelques références pour découvrir leurs expériences. Par ailleurs, vous devez déterminer les détails de l’offre et choisir la meilleure pour vos employés. Les modules de formations expliquent tous les programmes en place.

Optez pour une méthode de formation plus efficace et un accompagnement professionnel à chaque étape du cours. Les objectifs de la formation doivent être précis, si bien qu’un organisme doit vous guider vers la réussite. Il doit avoir des formateurs expérimentés. La formation télétravail de Neo Forma vous propose par exemple une formation en télétravail de qualité.

Pourquoi suivre une formation en télétravail ?

La préparation et la mise en place du télétravail au sein d’une société demandent un changement d’organisation de travail. En effet, effectuer une mission en local et depuis un domicile présente quelques différences. Vous devez vous adapter en dehors du siège car les plannings se modifient selon les nouveaux programmes. Mieux vaut apprendre le travail digital car la relation entre collaborateurs, clients et prospects n’est plus la même avec la communication à distance.

L’acquisition des outils performants est obligatoire : ordinateurs, tablettes, Smartphones… L’apprentissage de la manipulation de ces matériels vous aide à travailler efficacement. Le choix d’une connexion d’internet fluide facilite également les tâches. Vous devez choisir une nouvelle méthode pour communiquer et négocier sans présence physique, d’où l’intérêt d’une formation en télétravail.

En outre, il faut savoir utiliser les outils spécialisés car les missions et les échanges se pratiquent avec : Slack, Trello, Skype, WhatsApp, Loom, Google drive, Wetransfer, les réseaux sociaux et les courriels…

Vous pouvez devenir télétravailleur avec une bonne volonté, mais vous devez compléter vos compétences à l’aide d’une formation télétravail. Il existe des caractères professionnels à acquérir dans ce domaine :

  • Être rigoureux
  • Avoir une grande capacité d’adaptation
  • Travailler de manière autonome.

Travailler depuis la maison ne signifie pas être libre. La supervision reste en place et le travail nécessite une bonne gestion et de l’autodiscipline.

Quels sont les avantages pour l’employeur et l’entreprise ?

Les charges de l’entreprise diminuent sans les frais de transport, les cantines, le paiement de l’électricité et des loyers. Le taux d’absentéisme est réduit, ce qui accroît la productivité. Après la formation télétravail, la qualité de production s’améliore grâce à une bonne stratégie de management digital.

À domicile, les agents peuvent travailler avec plus d’autonomie grâce à l’organisation de leur planning. De plus, sans les déplacements, tout le monde gagnera du temps. La diminution du stress et de la fatigue apporte de la bonne humeur et une meilleure concentration pendant le travail. La qualité de vie personnelle et professionnelle devient meilleure.

Le fait d’offrir les postes de télétravailleurs permet à la société d’embaucher des profils qualifiés. Il est même possible que certaines candidatures n’habitent pas aux alentours du local. Grâce à une formation, vous pouvez démarrer cette idée sans crainte. Voilà une nouvelle vision pour développer votre société. Pour en savoir plus, cliquez Ici.

Le SMIC quand on travaille à temps partiel

En France, un grand nombre de personnes exercent aujourd’hui un travail à temps partiel. Certains ont été imposés par leur employeur tandis que d’autres ont fait ce choix afin de mieux gérer vie professionnelle et vie personnelle. Cependant, le calcul du salaire net peut être une source d’angoisse pour certains. Si c’est votre cas, trouvez dans cet article comment bien calculer la valeur de votre salaire à mi-temps.

La valeur du Salaire minimum de croissance

Le salaire minimum de croissance ou SMIC est la rémunération minimale qu’une société peut donner à un travailleur. Servant de référence à tout salarié, le SMIC a une valeur bien déterminée. Cependant, il change généralement tous les débuts d’année suivant l’inflation. Si le calcul du SMIC mensuel est plus ou moins simple, celui d’un SMIC à temps partiel s’avère être assez complexe. Pour pouvoir calculer votre salaire minimum légal, il vous faudra tout d’abord connaître la valeur du SMIC. Pour les salariés travaillant à temps plein, c’est-à-dire 35 heures par semaine, la valeur brute du SMIC horaire est de 9,85 €. Si on enlève toutes les charges salariales, la valeur (net) du SMIC horaire est de 7,82 €.

Le nombre d’heures de travail par semaine

Vous devez par la suite définir votre temps de travail par semaine afin de pouvoir calculer votre salaire minimum. Pour un contrat de travail à temps plein, un travailleur doit généralement travailler pendant 35 heures par semaine. Ainsi, un travail à temps plein équivaut à 151,67 heures par mois. Pour trouver ce résultat, vous devez appliquer la formule suivante, en considérant qu’une année correspond à 52 semaines :

(Nombre d’heures de travail par semaine x 52 semaines) / 12 mois.

Pour connaître votre nombre d’heures travaillées par semaine, vous devez tout simplement consulter votre contrat de travail.

Le calcul du salaire minimum brut

Une fois que vous aurez déterminé votre nombre d’heures travaillées par semaine, il vous sera très facile de calculer votre rémunération minimale brute. Pour cela, il vous suffit de multiplier celui-ci par la valeur du SMIC horaire. En terme mathématique :

Salaire minimum brut = nombre d’heures de travail par semaine x valeur du SMIC horaire brut.

Par exemple :

∙ Le salaire minimum pour un travailleur à temps plein est : 35 heures x 9,85 €, ce qui équivaut à une somme de 344,75 €.

∙ Si vous travaillez durant 5 heures par jour, soit 25 heures par semaine, votre rémunération minimum est de : 25 heures x 9,85 €, ce qui donne 246,25 €.

Le calcul du salaire net

Pour calculer la valeur approximative de votre salaire minimum légal net, vous pouvez utiliser la même formule ci-dessus en remplaçant la valeur du SMIC horaire brute par sa valeur nette. Ainsi, la formule devient :

Salaire minimum net = nombre d’heures de travail par semaine x valeur du SMIC horaire net.

Par exemple :

∙ Le salaire minimum pour un travailleur à temps plein est : 35 heures x 7,82 €, ce qui équivaut à la somme de 273,7 €.

∙ Si vous travaillez durant 5 heures par jour, soit 25 heures par semaine, votre rémunération minimum est de : 25 heures x 7,82 €, ce qui donne 195,5 €.

Les 3 Règles d’or du CV

Règles d’adaptation et de personnalisation des CV

Il s’agit donc de s’approprier l’ensemble des caractéristiques de son environnement, c’est-à-dire, dans le cadre du recrutement, de l’annonce à laquelle vous allez répondre, de l’entreprise au sein de laquelle vous allez postuler, des interlocuteurs qui vont vous lire, pour transformer le message que vous souhaitez délivrer.

Concernant le CV, se mettre en capacité d’adapter et de personnaliser son CV signifie qu’il ne s’agit pas de construire un ou deux CV « adaptés », mais qu’il s’agit d’être prêt à créer autant de CV que de situations auxquelles vous allez être confronté, que de réponses à des annonces, ou de candidatures spontanées que vous allez devoir faire.

De même que pour le succès au cours d’un entretien, le mot clé pour réussir la composition de ses CV est « adaptation ». Avec les moyens bureautiques dont nous disposons aujourd’hui, personne ne peut avoir d’excuses s’il n’a qu’un seul CV photocopié en deux cents exemplaires, et le refait tous les cinq ans ! Chaque CV peut et doit être construit sur mesure pour l’entreprise à laquelle on postule ou l’annonce à laquelle on répond. De même qu’au cours de l’entretien vous allez vous efforcer de coller aux attentes de vos interlocuteurs. Votre CV doit également tenir compte, dans la formulation des expériences, du développement de tel ou tel point, de ce que vous savez du poste à travers l’annonce.

Connaissance de soi et de ses compétences

La deuxième règle d’or est également très simple. Pour réussir un bon CV, mais également de bons entretiens et, de manière plus large, pour réussir sa recherche d’emploi, il est essentiel d’avoir une excellente connaissance de soi.
Ce qui est important, c’est de passer en revue toutes les situations d’apprentissage que vous allez pouvoir valoriser dans votre recherche d’emploi.

On pourrait penser de prime abord qu’il n’y a rien de plus simple que de parler de soi… Pourtant, il arrive souvent que des candidats soient pris au dépourvu par cette simple requête, au cours d’un entretien : « parlez-moi de vous ! ».

Il faut bien comprendre qu’un CV, une lettre de motivation ou un entretien ne relèvent pas d’une communication spontanée, amicale. C’est même plutôt tout le contraire et il s’agit d’une communication codifiée qui doit être travaillée afin d’atteindre un objectif. Cet objectif, c’est la valorisation de votre candidature auprès de vos interlocuteurs pour les inciter à penser que vous êtes le meilleur candidat et que c’est à vous qu’ils doivent faire confiance pour l’emploi que vous visez.

Il y a mille et une manières différentes de présenter une même réalité et en fonction de l’angle sous lequel on regarde une expérience, elle n’a pas forcément la même valeur pour celui qui la considère. Attention, il ne s’agit pas de mentir ou de travestir la réalité, il s’agit seulement de réfléchir à la meilleure manière de présenter votre expérience pour la valoriser aux yeux de vos interlocuteurs.

C’est précisément à l’ensemble de ces objectifs que va répondre l’autobilan professionnel. À travers un certain nombre d’exercices, il s’agit de vous amener à réfléchir à vos acquis professionnels, aux compétences que vous avez pu acquérir au cours de vos différentes expériences et à la meilleure manière de les valoriser.

La réalisation de ce travail d’autobilan professionnel va être déterminant pour la réussite de votre recherche d’emploi pour deux raisons principales :
– La première raison concerne le fait que cet autobilan va vous aider à clarifier vos choix en termes d’orientation professionnelle, ce qui facilitera le ciblage de votre recherche d’emploi et rendra l’expression de vos motivations plus aisée.
– Le second point consiste dans le fait qu’en réalisant ce travail approfondi de description de votre passé professionnel au sens large vous allez recueillir une matière première que vous allez pouvoir transformer ensuite dans la construction de vos CV et dans la construction des arguments de vos futurs entretiens.

Clarté et lisibilité

Votre curriculum vitae est l’ambassadeur de votre candidature ! C’est un point de départ, c’est une sorte de clé qui vous ouvrira (ou non) la porte de l’entretien de recrutement, qui vous permettra de défendre, avec des mots et des arguments, les qualités de votre candidature. Vous pouvez le faire avec des services de CV template

Le CV remplit la même fonction que vos mots, vos arguments, vos attitudes au cours de l’entretien. Sauf que, dans ce cas d’espèce, l’interaction se déroulera non pas entre deux individus, deux personnalités, mais entre une feuille de papier ou un écran d’ordinateur et les yeux du lecteur. La fonction du CV est donc de convaincre la ou les personnes qui le liront qu’il existe une convergence entre vos expériences, capacités et compétences et le contenu du poste à pourvoir.

Quel usage en sera fait par ceux qui le liront ?

L’objectif des lecteurs de votre CV est de trouver ce qu’ils cherchent en quelques coups d’œil : formation de base, convergence entre les compétences qu’ils recherchent et les expériences principales qu’ils vont trouver dans votre CV. Il faut quelques secondes pour que l’œil se fasse une opinion : il faut donc faire un effort important de simplicité et de clarté.

Il faut prendre en considération qu’un CV est fait pour dire l’essentiel de votre expérience, pas le détail. Il vaut mieux développer les grandes missions plutôt que se perdre dans les activités.
Le seul objectif du CV pour le recruteur est de décider si oui ou non il peut être utile de vous rencontrer.

Le recruteur ou le manager qui va examiner votre CV ne va pas y consacrer beaucoup de temps. Il ne faut donc pas surcharger votre CV d’informations. Le lecteur de votre CV doit en quelques secondes et quelques coups d’œil comprendre à qui il a affaire.

Pour faire le bon choix dans l’information à valoriser, il faut vous mettre dans la peau de la personne qui va lire votre CV. Plutôt que de mettre une liste d’activités, ce qui minimise souvent les responsabilités réelles de l’emploi ou ne permet pas à la personne qui lit le CV de situer votre niveau de responsabilité dans cette activité, il vaut mieux formuler des phrases qui permettront à votre interlocuteur de bien situer la nature de votre expérience et de vos responsabilités. Lorsqu’ils sont susceptibles de valoriser votre candidature, des chiffres clés peuvent être utiles. Plus d’info ici : https://www.genius-cv.com

Recrutement : les grandes tendances qui se démarquent

Le recrutement représente l’un des piliers sur lesquels repose le succès d’une entreprise. Cela est notamment dû au fait que de la bonne marche de cette procédure dépend la qualité de la main-d’œuvre qui contribuera à faire avancer les affaires d’une société. Pour cette année 2017, les recruteurs sont en face d’une révolution sans précédent. Les techniques dans le domaine ont pratiquement évolué, ainsi que le profil des candidats. Une mise à jour sur les tendances recrutement 2017 est donc recommandée.

De nouvelles techniques de recrutement en vogue

Les procédés de recrutement ont subi un net développement. On en rencontre plusieurs qui ont le vent en poupe pour cette année 2017. La plupart d’entre eux ont déjà vu le jour durant les précédentes années, mais ont eu leur pleine expansion cette année. On a en premier lieu, le sourcing en recrutement (expliqué plus amplement ici). La technique en question consiste à faire un tri pertinent des différents profils des candidats. Par la suite, une analyse est faite pour déceler les talents prometteurs qui correspondent aux besoins des entreprises.
Ensuite, il y a la technique de la gamification qui consiste à faire passer aux candidats potentiels un genre de test reposant sur un système qui s’apparente de près aux mécanismes de jeu. Les recruteurs mettent en place des scènes de la vie courante qui comportent divers problèmes que les prétendants aux postes ont pour mission de résoudre. Les compétences et les qualités de chaque candidat seront ainsi mises en avant.
Enfin, les plateformes de recrutement ont aussi évolué ces dernières années. Les recruteurs ont choisi d’exploiter les domaines comme les réseaux sociaux pour cette année 2017 afin de dénicher leurs jeunes talents. Cette démarche est assez évidente, vu l’engouement actuel pour la connectivité et ce type de plateforme de communication et de divertissement. Ainsi, les entreprises renforcent de plus en plus leur présence sur les réseaux sociaux et y réalisent de bons résultats en matière de recrutement. Pour les encourager dans leurs stratégies, les concepteurs de ces réseaux sociaux ont mis en place des applications permettant aux recruteurs d’insérer plus aisément leurs offres d’emploi.

Les jeunes diplômés sollicités

Dans le processus de recrutement, les profils recherchés ont en général, toujours été tournés vers le capital expérience des candidats. En 2017, cette tendance s’est un peu modifiée. En effet, actuellement, les recruteurs s’intéressent plus aux jeunes diplômés. Cela ne veut pas dire que les personnes qui ont déjà fait carrière n’ont plus leurs chances de décrocher un poste. Cependant, les étudiants fraîchement sortis de l’université sont bien plus sollicités pour une raison assez simple : leur aisance à manipuler et à évoluer dans le cadre des nouvelles technologies. Ces jeunes talents sont plus réceptifs aux dernières stratégies de management, élaborées sur la base des trouvailles technologiques du moment.

Les travailleurs freelance mis à l’honneur

Les dirigeants d’entreprise en 2017 accordent une importance non négligeable aux travailleurs indépendants. Ces derniers ont d’ailleurs doublé en nombre ces dernières années. Afin de surfer sur cette tendance et de profiter du savoir-faire de ce type de travailleur, les recruteurs se tournent naturellement vers les plateformes de mise en relation entre les freelancers et les entreprises qui sollicitent leurs services. Le processus de recrutement se passe généralement en ligne qui est le milieu où les travailleurs indépendants sont les plus actifs.

Choisir une formation pour intégrer le domaine de la Poste

Les étudiants ont tendance à se diriger dans cette société pour travailler au cours de l’été pendant que les titulaires prennent leurs vacances. D’autres décident de se former pour intégrer définitivement l’une des nombreuses professions proposées.

Une formation en alternance pour bénéficier de tous les avantages de cette méthode

Un contrat de professionnalisation ou d’apprentissage pourrait vous combler. Il vous donne les moyens de découvrir un nouveau domaine puisque le réseau de La Poste est très vaste. Vous pourriez devenir facteur dans le service du courrier et des colis, mais certains décident de rejoindre les bureaux comme ceux de la Banque Postale. À chaque fois, des connaissances sont nécessaires, d’où l’importance de suivre une formation dédiée à La Poste.

Plusieurs compétences vous permettent de décrocher un travail

Il est nécessaire de préciser que ce format est proposé en alternance, vous n’aurez donc aucune difficulté pour découvrir les avantages de ce métier tout en emmagasinant les diverses informations via une formation spécifique. Généralement, les entreprises apprécient ce concept puisque les stagiaires peuvent apprendre les besoins de la société, inutile de chercher par la suite un salarié qui devra être formé en conséquence. C’est un gain de temps considérable qu’il ne faut pas négliger au vu des avantages que cela vous permet d’obtenir. Vous serez donc amené à choisir la branche adaptée à vos attentes que ce soit pour la production logistique, la relation avec les clients ou la banque.

La Poste recrute des facteurs en France

Cette entreprise est réputée puisqu’elle possède de nombreuses possibilités, vous trouverez aisément un poste à la hauteur de vos attentes. Si certains souhaitent devenir des facteurs, d’autres ont une nette préférence pour les animateurs commerciaux ou encore les conseillers spécialisés dans les finances. Les besoins sont conséquents, les recrutements sont donc nombreux, vous trouverez sans doute une place à la suite de cette formation.