Archives de catégorie : Contrat de travail

Les 3 Règles d’or du CV

Règles d’adaptation et de personnalisation des CV

Il s’agit donc de s’approprier l’ensemble des caractéristiques de son environnement, c’est-à-dire, dans le cadre du recrutement, de l’annonce à laquelle vous allez répondre, de l’entreprise au sein de laquelle vous allez postuler, des interlocuteurs qui vont vous lire, pour transformer le message que vous souhaitez délivrer.

Concernant le CV, se mettre en capacité d’adapter et de personnaliser son CV signifie qu’il ne s’agit pas de construire un ou deux CV « adaptés », mais qu’il s’agit d’être prêt à créer autant de CV que de situations auxquelles vous allez être confronté, que de réponses à des annonces, ou de candidatures spontanées que vous allez devoir faire.

De même que pour le succès au cours d’un entretien, le mot clé pour réussir la composition de ses CV est « adaptation ». Avec les moyens bureautiques dont nous disposons aujourd’hui, personne ne peut avoir d’excuses s’il n’a qu’un seul CV photocopié en deux cents exemplaires, et le refait tous les cinq ans ! Chaque CV peut et doit être construit sur mesure pour l’entreprise à laquelle on postule ou l’annonce à laquelle on répond. De même qu’au cours de l’entretien vous allez vous efforcer de coller aux attentes de vos interlocuteurs. Votre CV doit également tenir compte, dans la formulation des expériences, du développement de tel ou tel point, de ce que vous savez du poste à travers l’annonce.

Connaissance de soi et de ses compétences

La deuxième règle d’or est également très simple. Pour réussir un bon CV, mais également de bons entretiens et, de manière plus large, pour réussir sa recherche d’emploi, il est essentiel d’avoir une excellente connaissance de soi.
Ce qui est important, c’est de passer en revue toutes les situations d’apprentissage que vous allez pouvoir valoriser dans votre recherche d’emploi.

On pourrait penser de prime abord qu’il n’y a rien de plus simple que de parler de soi… Pourtant, il arrive souvent que des candidats soient pris au dépourvu par cette simple requête, au cours d’un entretien : « parlez-moi de vous ! ».

Il faut bien comprendre qu’un CV, une lettre de motivation ou un entretien ne relèvent pas d’une communication spontanée, amicale. C’est même plutôt tout le contraire et il s’agit d’une communication codifiée qui doit être travaillée afin d’atteindre un objectif. Cet objectif, c’est la valorisation de votre candidature auprès de vos interlocuteurs pour les inciter à penser que vous êtes le meilleur candidat et que c’est à vous qu’ils doivent faire confiance pour l’emploi que vous visez.

Il y a mille et une manières différentes de présenter une même réalité et en fonction de l’angle sous lequel on regarde une expérience, elle n’a pas forcément la même valeur pour celui qui la considère. Attention, il ne s’agit pas de mentir ou de travestir la réalité, il s’agit seulement de réfléchir à la meilleure manière de présenter votre expérience pour la valoriser aux yeux de vos interlocuteurs.

C’est précisément à l’ensemble de ces objectifs que va répondre l’autobilan professionnel. À travers un certain nombre d’exercices, il s’agit de vous amener à réfléchir à vos acquis professionnels, aux compétences que vous avez pu acquérir au cours de vos différentes expériences et à la meilleure manière de les valoriser.

La réalisation de ce travail d’autobilan professionnel va être déterminant pour la réussite de votre recherche d’emploi pour deux raisons principales :
– La première raison concerne le fait que cet autobilan va vous aider à clarifier vos choix en termes d’orientation professionnelle, ce qui facilitera le ciblage de votre recherche d’emploi et rendra l’expression de vos motivations plus aisée.
– Le second point consiste dans le fait qu’en réalisant ce travail approfondi de description de votre passé professionnel au sens large vous allez recueillir une matière première que vous allez pouvoir transformer ensuite dans la construction de vos CV et dans la construction des arguments de vos futurs entretiens.

Clarté et lisibilité

Votre curriculum vitae est l’ambassadeur de votre candidature ! C’est un point de départ, c’est une sorte de clé qui vous ouvrira (ou non) la porte de l’entretien de recrutement, qui vous permettra de défendre, avec des mots et des arguments, les qualités de votre candidature.

Le CV remplit la même fonction que vos mots, vos arguments, vos attitudes au cours de l’entretien. Sauf que, dans ce cas d’espèce, l’interaction se déroulera non pas entre deux individus, deux personnalités, mais entre une feuille de papier ou un écran d’ordinateur et les yeux du lecteur. La fonction du CV est donc de convaincre la ou les personnes qui le liront qu’il existe une convergence entre vos expériences, capacités et compétences et le contenu du poste à pourvoir.

Quel usage en sera fait par ceux qui le liront ?

L’objectif des lecteurs de votre CV est de trouver ce qu’ils cherchent en quelques coups d’œil : formation de base, convergence entre les compétences qu’ils recherchent et les expériences principales qu’ils vont trouver dans votre CV. Il faut quelques secondes pour que l’œil se fasse une opinion : il faut donc faire un effort important de simplicité et de clarté.

Il faut prendre en considération qu’un CV est fait pour dire l’essentiel de votre expérience, pas le détail. Il vaut mieux développer les grandes missions plutôt que se perdre dans les activités.
Le seul objectif du CV pour le recruteur est de décider si oui ou non il peut être utile de vous rencontrer.

Le recruteur ou le manager qui va examiner votre CV ne va pas y consacrer beaucoup de temps. Il ne faut donc pas surcharger votre CV d’informations. Le lecteur de votre CV doit en quelques secondes et quelques coups d’œil comprendre à qui il a affaire.

Pour faire le bon choix dans l’information à valoriser, il faut vous mettre dans la peau de la personne qui va lire votre CV. Plutôt que de mettre une liste d’activités, ce qui minimise souvent les responsabilités réelles de l’emploi ou ne permet pas à la personne qui lit le CV de situer votre niveau de responsabilité dans cette activité, il vaut mieux formuler des phrases qui permettront à votre interlocuteur de bien situer la nature de votre expérience et de vos responsabilités. Lorsqu’ils sont susceptibles de valoriser votre candidature, des chiffres clés peuvent être utiles.

Recrutement : les grandes tendances qui se démarquent

Le recrutement représente l’un des piliers sur lesquels repose le succès d’une entreprise. Cela est notamment dû au fait que de la bonne marche de cette procédure dépend la qualité de la main-d’œuvre qui contribuera à faire avancer les affaires d’une société. Pour cette année 2017, les recruteurs sont en face d’une révolution sans précédent. Les techniques dans le domaine ont pratiquement évolué, ainsi que le profil des candidats. Une mise à jour sur les tendances recrutement 2017 est donc recommandée.

De nouvelles techniques de recrutement en vogue

Les procédés de recrutement ont subi un net développement. On en rencontre plusieurs qui ont le vent en poupe pour cette année 2017. La plupart d’entre eux ont déjà vu le jour durant les précédentes années, mais ont eu leur pleine expansion cette année. On a en premier lieu, le sourcing en recrutement (expliqué plus amplement ici). La technique en question consiste à faire un tri pertinent des différents profils des candidats. Par la suite, une analyse est faite pour déceler les talents prometteurs qui correspondent aux besoins des entreprises.
Ensuite, il y a la technique de la gamification qui consiste à faire passer aux candidats potentiels un genre de test reposant sur un système qui s’apparente de près aux mécanismes de jeu. Les recruteurs mettent en place des scènes de la vie courante qui comportent divers problèmes que les prétendants aux postes ont pour mission de résoudre. Les compétences et les qualités de chaque candidat seront ainsi mises en avant.
Enfin, les plateformes de recrutement ont aussi évolué ces dernières années. Les recruteurs ont choisi d’exploiter les domaines comme les réseaux sociaux pour cette année 2017 afin de dénicher leurs jeunes talents. Cette démarche est assez évidente, vu l’engouement actuel pour la connectivité et ce type de plateforme de communication et de divertissement. Ainsi, les entreprises renforcent de plus en plus leur présence sur les réseaux sociaux et y réalisent de bons résultats en matière de recrutement. Pour les encourager dans leurs stratégies, les concepteurs de ces réseaux sociaux ont mis en place des applications permettant aux recruteurs d’insérer plus aisément leurs offres d’emploi.

Les jeunes diplômés sollicités

Dans le processus de recrutement, les profils recherchés ont en général, toujours été tournés vers le capital expérience des candidats. En 2017, cette tendance s’est un peu modifiée. En effet, actuellement, les recruteurs s’intéressent plus aux jeunes diplômés. Cela ne veut pas dire que les personnes qui ont déjà fait carrière n’ont plus leurs chances de décrocher un poste. Cependant, les étudiants fraîchement sortis de l’université sont bien plus sollicités pour une raison assez simple : leur aisance à manipuler et à évoluer dans le cadre des nouvelles technologies. Ces jeunes talents sont plus réceptifs aux dernières stratégies de management, élaborées sur la base des trouvailles technologiques du moment.

Les travailleurs freelance mis à l’honneur

Les dirigeants d’entreprise en 2017 accordent une importance non négligeable aux travailleurs indépendants. Ces derniers ont d’ailleurs doublé en nombre ces dernières années. Afin de surfer sur cette tendance et de profiter du savoir-faire de ce type de travailleur, les recruteurs se tournent naturellement vers les plateformes de mise en relation entre les freelancers et les entreprises qui sollicitent leurs services. Le processus de recrutement se passe généralement en ligne qui est le milieu où les travailleurs indépendants sont les plus actifs.

Choisir une formation pour intégrer le domaine de la Poste

Les étudiants ont tendance à se diriger dans cette société pour travailler au cours de l’été pendant que les titulaires prennent leurs vacances. D’autres décident de se former pour intégrer définitivement l’une des nombreuses professions proposées.

Une formation en alternance pour bénéficier de tous les avantages de cette méthode

Un contrat de professionnalisation ou d’apprentissage pourrait vous combler. Il vous donne les moyens de découvrir un nouveau domaine puisque le réseau de La Poste est très vaste. Vous pourriez devenir facteur dans le service du courrier et des colis, mais certains décident de rejoindre les bureaux comme ceux de la Banque Postale. À chaque fois, des connaissances sont nécessaires, d’où l’importance de suivre une formation dédiée à La Poste.

Plusieurs compétences vous permettent de décrocher un travail

Il est nécessaire de préciser que ce format est proposé en alternance, vous n’aurez donc aucune difficulté pour découvrir les avantages de ce métier tout en emmagasinant les diverses informations via une formation spécifique. Généralement, les entreprises apprécient ce concept puisque les stagiaires peuvent apprendre les besoins de la société, inutile de chercher par la suite un salarié qui devra être formé en conséquence. C’est un gain de temps considérable qu’il ne faut pas négliger au vu des avantages que cela vous permet d’obtenir. Vous serez donc amené à choisir la branche adaptée à vos attentes que ce soit pour la production logistique, la relation avec les clients ou la banque.

La Poste recrute des facteurs en France

Cette entreprise est réputée puisqu’elle possède de nombreuses possibilités, vous trouverez aisément un poste à la hauteur de vos attentes. Si certains souhaitent devenir des facteurs, d’autres ont une nette préférence pour les animateurs commerciaux ou encore les conseillers spécialisés dans les finances. Les besoins sont conséquents, les recrutements sont donc nombreux, vous trouverez sans doute une place à la suite de cette formation.

Une séance de coaching pour trouver plus facilement un emploi

Le monde du travail est particulièrement difficile, car il demande des exigences très précises qui ne sont pas toujours très simples à concrétiser. Vous avez donc besoin d’un petit coup de pouce notamment pour vous aider dans cette recherche si importante.

Préparez un entretien demande des connaissances spécifiques

Un coach en recherche d’emploi représente une véritable astuce que vous aurez l’occasion de dégainer dès que vous le souhaiterez. En effet, ces spécialistes partent à votre rencontre dans le but de vous soumettre quelques idées. L’objectif premier consiste à vous épauler dans cet environnement qui est souvent problématique pour ceux qui ont la volonté de se réinsérer ou ceux qui ont des difficultés pour trouver leur domaine de prédilection.

Apprendre les ficelles du métier pour attirer les recruteurs

Le phénomène du coaching connaît donc un succès grandissant depuis quelques années, il ne semble pas s’essouffler puisqu’il porte réellement ses fruits. Certains ont même l’idée d’avoir recours à cette technique pour décrocher un job d’été alors que l’année scolaire est terminée. Il est l’heure de rassembler quelques euros notamment pour préparer du bon pied cette rentrée qui est souvent synonyme de dépenses importantes sur le long terme. Un coach a donc les moyens de vous enseigner toutes les ficelles pour optimiser votre entretien, car le but consiste à attirer le regard de tous ces recruteurs.

Même les jeunes sont la cible de cet art du coaching

La France n’est pas la seule à être frappée de plein fouet par le phénomène du coaching puisqu’il a aussi le vent en poupe du côté des États-Unis. Outre-Atlantique, ce sont les jeunes diplômés qui sont ciblés le plus possible. Ils peuvent ainsi mettre immédiatement toutes leurs chances de leur côté notamment pour identifier la meilleure place. Certes, cet accompagnement aux USA est assez onéreux, mais il porterait grandement ses fruits.

Les erreurs verbales et non verbales à éviter pendant un entretien d’embauche

Durant un entretien de recrutement, il y a de nombreuses erreurs à ne pas commettre, que ce soit des erreurs dans votre manière de vous exprimer ou dans votre gestuelle. Tony Laurino, coach en emploi, vous donne les principales erreurs à éviter.

Des erreurs non verbales

–    Les 20 premières secondes

Les 20 premières secondes sont très importantes lors d’un rendez-vous pour un entretien d’embauche. Votre poignée de main peut être un indice sur qui vous êtes et votre état d’esprit. Par exemple une poignée de main trop molle est souvent interprétée comme un manque de confiance en vous, et une poignée de main trop dure peut révéler que vous stressez trop. Votre tenue doit également être adaptée à l’identité de l’entreprise et du métier pour lequel vous postulez, car c’est la première chose qui se voit.

–    Ne pas regarder son interlocuteur dans les yeux, et ne pas être synchronisé avec lui

Quand vous vous exprimez il est important de ne pas fuir du regard la personne qui vous recrute. En effet, cela peut signifier que vous n’êtes pas sincère dans votre discours. Au-delà de ça, il est important d’être synchronisé avec votre interlocuteur, car cela renvoie à un effet miroir dans lequel la personne qui vous recrutera pourrait s’identifier plus facilement. Cela passe par le regard, et la position dans laquelle on est. Il faut donc reprendre la posture du recruteur et bien le regarder dans les yeux.

–    Ne pas être stable sur sa chaise

De nombreux candidats ne sont pas ancrés et bougent souvent. Le chargé de recrutement sera alors moins dans l’écoute et l’analyse de  votre discours. Cela peut également montrer que vous stressez, et une mauvaise gestion du stress durant l’entretien est bien évidemment perçue de manière négative.

–    Ne pas sourire

L’expression du visage est importante, et cela s’exprime notamment via votre sourire. Une personne qui ne sourit jamais pourrait être prise  comme une personne froide et/ou qui stress trop. A contrario une personne qui se force à sourire ça se sent, et ça ne fait pas naturel. Cela aura donc un impact négatif sur votre discours. Vous devrez donc restez naturel et essayez de sourire un minimum sans que cela soit forcé.

D’autres erreurs à éviter durant un entretien

–    Arriver en retard pour son entretien

Cela parait logique, et pourtant il semble important de le répéter, car de nombreuses personnes arrivent en retard. Cela peut être rédhibitoire !  Si cela vous arrive à cause d’un facteur externe non maitrisable (exemple problèmes de transports) alors pensez à prévenir l’entreprise que vous aurez un peu de retard, car ça sera pardonnable.

–    Ne pas bien connaître l’entreprise

« Que savez-vous sur notre entreprise ? » C’est une question fréquemment posée. Vous devrez donc  bien vous renseigner en amont sur ce que fait l’entreprise, son chiffre d’affaire, etc. Par exemple si vous postulez dans la grande distribution à Carrefour, vous devrez vous renseigner sur des chiffres clés, sur la politique des ressources humaines de carrefour afin de montrer que vous avez un réel intérêt pour l’entreprise. Cela montrera également votre curiosité.

–    Ne pas argumenter lors d’une réponse concernant vos savoirs, savoir-faire savoir être.

Il est important de ne pas réciter les lignes de son CV sans arguments lorsqu’on vous pose une question sur vos expériences. En effet sans argumenter, cela restera toujours flou pour le recruteur et/ou cela pourrait laisser croire que vous avez des choses à cacher. Idem pour les qualités : vous devrez donner des exemples car cela donnera davantage d’objectivité et ça permettra de réellement valider vos qualités.
Cela n’est pas une liste exhaustive, néanmoins ce sont d’importantes erreurs verbales et non verbales qui peuvent facilement se corriger, et qui vous permettront d’augmenter vos chances d’être recrutés.

Réduction du temps de travail : les 35 Heures

A compter du 1er janvier 2002, la durée légale du travail sera de 35 heures en application des lois Aubry sur la réduction du temps de travail, pour toutes les autres entreprises et unités économiques et sociales.
Les établissements industriels et commerciaux, publics ou privés, les professions libérales, les sociétés civiles, les syndicats, les associations, les établissements agricoles, artisanaux et coopératifs, les entreprises du secteur agricole, de plus de 20 salariés sont déjà passés aux 35 heures hebdomadaire depuis le 1er janvier 2000.
Les entreprises et unités économiques et sociales dont l’effectif est égal ou inférieur ŕ 20 salariés, devront réduire la durée légale du travail de 39 heures ŕ 35 heures. Pour toutes heures effectuées au-delà de 35 heures, le régime des heures supplémentaires sera applicable ŕ compter du 1er janvier 2002.
Toutefois, certaines entreprises pour lesquelles les 35H restent facultatif jusqu’au 1er janvier 2002 ont choisi d’anticiper cette date et de réduire déjà leur temps de travail en bénéficiant d’aides de l’État.
Afin de faciliter la mise en œuvre des 35H, et suite ŕ de multiples revendications , le gouvernement a décidé d’assouplir la législation pour les PME, qui rencontre ŕ partir du 1er janvier prochain deux évènements majeurs : l’euro et la RTT .
Le décret (n°2001-941) du 15 octobre 2001, complété par la circulaire DRT (n°2001-35) du 17 octobre 2001, aménagent la loi du 19 janvier 2000, permettent ainsi aux entreprises de moins de 20 salariés de recourir aux heures supplémentaires dans certaines limites .
Des mesures transitoires, concernant les contingents d’heures supplémentaires pour les entreprises de 20 salariés et moins, sont mises en œuvres afin que le nouveau régime des 35 heures s’applique progressivement jusqu’en 2004.